Le sujet est vaste, la réponse reste assez complexe mais je vais essayer de vous offrir des éléments de réponse à travers cet article.
 
Tout d’abord, que signifie aérer ? C’est oxygéner un whisky pour qu’il développe plus rapidement toutes ses saveurs.
 
Que signifie carafer un whisky ? C’est une technique précise d’aération qui permet d’oxygéner rapidement un whisky en le transvasant dans une carafe afin qu’il soit prêt à boire immédiatement.

 
L’oxygène est à la fois l’ami et l’ennemi du whisky.

 
L’alcool a légèrement besoin d’oxygène pour libérer ses arômes complexes composés de cétones, de lactones, d’aldéhydes et de composés phénoliques par ce phénomène d’oxydation ménagée.
 
Une fois que le whisky exprime toute sa splendeur aromatique dans le verre après un certain temps d’ouverture, si vous ne stoppez pas cette aération, l’alcool du whisky appelé « éthanol » s’oxydera en « éthanal », et l’alcool en bouche sera perçu brûlant, piquant, désagréable et donc imbuvable.
 
Le plus difficile est en fait de trouver vous-même le temps d’aération du whisky, estimé en petites minutes afin qu’il exprime tout son potentiel aromatique. L’idéal est de vous servir un verre de 4 cl, le sentir toutes les minutes pour tomber sur sa plus belle expression. Ensuite vous refermez le verre ou la bouteille pour préserver le breuvage.
 
Il n’y a que l’étape de l’analyse gustative qui pourra vous dire si le whisky est prêt à boire ou pas.
 
Plus le whisky sera structuré par le passage en bois, plus il nécessitera une aération pour offrir le meilleur de lui-même.
 
Plus le whisky possède un taux d’alcool élevé (exemple : Brut de Fût), plus il nécessitera aussi une aération pour exprimer le meilleur de lui-même.
 
Maintenant que nous avons mieux compris le rôle de l’oxygène sur le whisky, nous pouvons mettre en pratique ces quelques conseils.


Comment pratiquer cette aération ?


L’apport d’air doit se faire lentement et de manière délicate.
 
Pour les whiskies à fort caractère gustatif et à fort taux d’alcool, je vous recommande de les aérer.
 
Les whiskies à 40% ou 43% nécessiteront une petite ou moyenne aération et d’autres pas. L’analyse se fera cas par cas en dégustant le whisky à son ouverture. Cependant les whiskies à plus de 46% nécessiteront une plus longue aération.


De quelles manières ?


1) En ouvrant la bouteille de whisky quelques minutes avant la dégustation du premier verre. Ensuite refermez la bouteille après chaque service durant le repas pour éviter un départ d’oxydation.
 
2) En servant le whisky dans des verres adaptés au breuvage, de types Glencairn, à tulipe, ou verres à Sherry par exemple. Ensuite versez votre premier verre de whisky (4cl) et faîtes tourner votre whisky dans le verre, deux ou trois minutes. Les vapeurs d’alcool les plus lourdes s’évaporeront dans un premier temps avant de laisser naturellement place à toutes ses saveurs complexes et subtiles qui s’émaneront vers votre nez. Après chaque gorgée, pensez à recouvrir votre verre de whisky comme présenté sur les photos afin de préserver tout le potentiel aromatique de ce dernier.


A L’INVERSE NE JAMAIS :


1) Aérer un whisky par automatisme ou par habitude mais pensez toujours à vérifier en bouche si le whisky nécessite une aération ou pas.
 
2) Carafer une bouteille entière de whisky car vous allez faire un apport d’air trop important qui va dégrader votre whisky avant même de l’avoir consommé.
 
Contrairement à un vin, l’équilibre gustatif d’un whisky est beaucoup plus fragile à maintenir car il est composé d’aucune matière vivante pouvant le rendre plus solide.

3) Faire un apport d’air trop rapide ou trop violent, ce qui casserait en quelques secondes l’équilibre gustatif du whisky.

4) Aérer ou oxygéner un whisky d’une bouteille déjà ouverte depuis quelques jours ce qui amplifierait son oxydation initiale.


BONNE PRATIQUE ET BONNE DÉCOUVERTE À TOUS !
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *