LARCENY 92 PROOF « SMALL BATCH »

LARCENY 92 PROOF « SMALL BATCH »

NEMS AUX ABRICOTS FOURRES A LA CREME VANILLEE, GINGEMBRE ET COCO RÂPÉS

Larceny rend hommage à John E. Fitzgerald, un agent du trésor public qui dans les années 1880, contrôlait la plupart des chais du Kentucky aux Etats-Unis. Ce Kentucky Straight Bourbon Whiskey « Small Batch » est élaboré par la distillerie Heaven Hill située à Bardstown tout près de Louisville. L’histoire raconte que ses talents de dégustateur étaient tels, que les fûts étaient estampillés « Fitzgerald ».

Pour créer le Larceny 92, le Maître Distillateur Denny Potter a sélectionné un nombre limité de barriques à des étages bien spécifiques de leur entrepôt (environ 100 barriques voire moins) situé dans le Nelson County au Kentucky, pour offrir un Bourbon de caractère, à belle maturité aromatique d’environ 6 à 12 ans d’âge.

Voici la recette à suivre pour sublimer cet accord :

D’abord choisissez 10 abricots frais, murs que vous couperez en petits dés.

Dans une casserole, déposez les dés d’abricots, un peu d’eau, un peu de cassonade et la noix de coco finement râpée. Laissez cuire le tout en couvrant à feu très doux pendant 10 minutes environ. Ensuite bien mélanger et laisser un peu refroidir. Ajoutez à cette préparation la crème vanillée épaisse (faite maison si possible) et mélangez le tout. Le résultat doit donner un appareil épais, assez compacte et non liquide.

Préchauffez le four à 180°C.

Ensuite pour réaliser les nems sucrés : utilisez les 6 feuilles de brick, étalez ensuite une cuillerée de ce mélange au centre de chaque feuille (ou demi-feuille selon la taille des nems recherchée) et l’emprisonnez en rabattant les bords. Continuez à rouler pour fermer cet ensemble, qui formera un rouleau au final. Humidifiez le bout pour le coller. A côté, faites fondre 20 g de beurre, badigeonnez chaque nem de beurre fondu à l’aide d’un pinceau de cuisine et saupoudrez chaque nem de gingembre frais râpé avant de les mettre en cuisson au four pendant 10 minutes. Les servir chauds ou tièdes.

Le premier nez de ce Bourbon est doux, net et sans faille porté sur la céréale sucrée telle que le maïs ainsi qu’une belle note vanillée bien présente. Après agitation se développe des arômes exotiques de gingembre, de cannelle, de noix de coco et de sirop chaud qui rendent ce Wheat Bourbon très séduisant à l’olfaction. En bouche l’attaque est douce voire sirupeuse nous rappelant les arômes du nez momentanément avant de laisser place en milieu de bouche à des arômes puissants de banane, d’abricot, de fruits secs et de caramel au beurre. L’équilibre entre la puissance et la fraîcheur a été parfaitement trouvé. La finale reste gourmande sur les épices, le bois avec une touche très fugace sur la noix de coco.

Les deux en bouche se marient parfaitement bien. Le fondant des abricots confits et ses épices douces se subliment avec les arômes exotiques du Bourbon ; le croquant et sa crème vanillée s’équilibrera rapidement avec la puissance et le gras de ce spiritueux. L’accord reste épatant !

Informations complémentaires sur la distillerie :

Heaven Hill est sans conteste le plus grand producteur de Bourbon indépendant et le septième plus grand producteur de spiritueux des Etats-Unis. Très attachée à ses racines, la distillerie emploie principalement du maïs en provenance des larges plaines entourant la distillerie. Autre particularité, Heaven Hill utilise les mêmes proportions de céréales pour l’élaboration de tous ses Straight Bourbons tels qu’Elijah Craig, Old Fitzgerald ou encore Evan Williams. Heaven Hill peut également se targuer avec Bernheim Original d’avoir remis au goût du jour une catégorie de Whiskey depuis longtemps disparue, le Straight Wheat Whiskey.

Pour la petite histoire, Heaven Hill fut construite peu après la fin de la prohibition en 1935 par un groupe d’investisseurs dont un distillateur local célèbre, Joseph Beam, propriétaire de l’époque de la distillerie Jim Beam et membre de la famille Shapira. Au fur et à mesure, les cinq frères de la famille Shapira rachetèrent les actions pour en devenir uniques propriétaires. Seul Joseph Beam restera en qualité de Maître Distillateur. Depuis les débuts de la distillerie, tout est fait dans la continuité. La famille Shapira en est toujours propriétaire. Ce sont aujourd’hui Parker et Craig Beam qui s’occupent de la distillation à Heaven Hill.

La distillerie coule des jours heureux depuis sa création jusqu’en 1996. Le 7 novembre pour être exact. Cette nuit là, les installations allaient prendre feu dans un des chais et s’étendre à tous les bâtiments et véhicules. Cet événement allait traumatiser la distillerie avec plus de 90.000 fûts perdus. Une véritable rivière de feu s’était déversée dans les locaux. Un témoin raconte : « Les flammes jaillissaient plusieurs dizaines de mètres au dessus des bâtiments, on entendait par moment des barils exploser puis s’envoler dans le ciel comme des étoiles filantes ». La rivière qui approvisionnait la distillerie fut recouverte sur 3 kilomètres par du Whiskey en feu. Durant plusieurs années après cet incendie, la distillerie survécu grâce à la participation des distilleries environnantes, notamment Brown-Forman et Jim Beam jusqu’à l’achat de la nouvelle distillerie, située à Louisville. La fermentation, le brassage ainsi que la distillation ont lieu dans la nouvelle installation, tandis que le vieillissement, l’embouteillage et la distribution sont toujours gérés à Bardstown.

Heaven Hill communique beaucoup sur son amour pour l’histoire du Bourbon ainsi que dans sa manière traditionnelle de le produire. Possédée depuis 5 générations par la même famille, c’est un véritable héritage qui se transmet. Elle est également l’hôte chaque année du Kentucky Bourbon Festival.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *