BRUICHLADDICH « THE CLASSIC LADDIE »

CREME BRULEE A LA FLEUR D’ACACIA ET RAISINS SECS MACERES AU SAUTERNES

Images for an article on Analog Senses

Creme brulée acacia

Fondée en 1881, cette distillerie fait face à Bowmore, de l’autre côté du Loch Indaal sur l’île d’Islay en Ecosse. Bruichladdich produit un Single Malt moins typé que les autres malts d’Islay. Il est néanmoins marqué par la présence d’arômes fruités remarquables. Une caractéristique sans doute due à ses quatre alambics au col particulièrement haut. Après son rachat en 1993 par Whyte & Mackay, elle a été ensuite mise en sommeil pendant plusieurs années, faisant craindre une disparition prochaine. Puis elle a été rachetée en 2000 par Murray Mac David, un groupe d’investisseurs opérant également comme embouteilleurs indépendants. Ayant engagé comme distillateur et maître de chai Jim Mac Ewan, qui avait fait une longue carrière chez Bowmore, la société s’est lancée dans une politique de développement intense. Elle s’est dotée également d’une chaîne d’embouteillage, la seule existante sur Islay. Depuis 2012 la distillerie appartient au groupe Rémy Cointreau. Et L’actuel chef de la distillerie se nomme Adam Hannett. Il succède en 2015 à Jim Mac Ewan, élu plusieurs fois « distillateur de l’année ».
Tirant partie à la fois des stocks importants existants (remontant à 1964) et de la grande inventivité de Jim Mac Ewan, Bruichladdich commercialise depuis 2001 une gamme d’une incroyable diversité de styles et de profils aromatiques, faisant d’elle la plus passionnante des distilleries d’Islay, voire de toute l’Ecosse. Elle mène aussi une politique de développement originale, s’approvisionnant par contrats uniquement avec des cultivateurs écossais, dont une partie travaillent en « bio ». Enfin, la société a entrepris de rouvrir l’ancienne distillerie de Port Charlotte, dont elle utilise déjà les chais de vieillissement. En quelques années, Bruichladdich s’est constituée une gamme particulièrement importante de malts de toute nature, dont beaucoup sont en quantités très limitées. Aux côtés des classiques comme le bien fruité 12 ans d’âge, ils existent aussi des assemblages originaux comme la trilogie Waves, Rocks et Peat offrant des profils précis, la série des Legacy ou des finitions particulières en fûts de Rhum, de Xérès fino et pablo ximenez, voire de vin rouge de bordeaux. Mais la créativité de Jim Mc Ewan se développe dans d’autres directions inédites jusqu’à : l’Organic, premier malt biologique, l’Octomore, en deux versions particulièrement tourbées (80 et 140 ppm, alors que les malts les plus phénoliques ne dépassaient pas 50 ppm jusque là) ou encore la série tourbée des Port Charlotte. Et cette liste reste encore incomplète ! Les « 3D » sont des assemblages de 3 Single Malts de la distillerie, sélectionnés selon leur caractère tourbé : un « peu », un « moyen » et un « très » tourbé. Bruichladdich produit également un Gin appelé « The Botanist ». Sa particularité est d’être parfumé de 22 plantes locales récoltées à la main sur l’île d’Islay. L’alambic dans lequel il est distillé est surnommé « Ugly Betty ».

ugly_betty

The Classic Laddie est fait d’orge 100 % écossaise, l’eau-de-vie va ensuite mûrir près des rivages de Loch Indaal dans des fûts de chêne américain haut de gamme. Le premier nez est puissant, intense sur des arômes marqués de sucre d’orge, de fleurs blanches des prairies avec une note séduisante de menthol. Il évolue rapidement sur des arômes prononcés de poire fraîche, citron et papaye confite.
En bouche la belle puissance de ce whisky à 50° degrés est bien atténuée par le crémeux de ce dessert qui établie instantanément un équilibre très agréable entre les deux textures. Ces raisins secs imbibés de Sauternes s’harmoniseront parfaitement avec les saveurs citronnées et fruits exotiques du whisky. Notons aussi que la combinaison aromatique « sucre d’orge et fleur d’acacia » apportera à ce beau mariage de la complexité et de la finesse. La fin de bouche est marquée par un retour subtil de vanille fraîche et de chêne qui donne naissance à un voile de soie au milieu du palais, nous offrant les plus beaux plaisirs de cet accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *